Les associations de soutien à l'association Les Enfants Dar Bouidar ont pour but de soutenir le fonctionnement des villages pour enfants abandonnés au Royaume du Maroc à l'aide de donations, d'éventuelles cotisations, de parrainage, etc. Ces fonds sont obligatoirement affectés et sont entièrement utilisés pour les enfants abandonnés.


Association de soutien en Suisse « les enfants Dar Bouidar »
Présidiée par Mme Barbara Ruetsch-Dobler
verein@kinderdorf-marrakech.ch
www.kinderdorf-marrakech.ch


Association de soutien en France « Destin d'Enfants »
Présidiée par Dr. Robert Castro
Gerée par Maître Jacques-Antoine Preziosi
j.preziosi@handidefense.org

Mot du Prof. Dr. Robert Castro, président de l'association « Destin d'Enfants » :

« Notre association a été crée en France et a pour objet de prendre en charge des enfants orphelins, participer à leur éducation, les accompagner dans leur études et leurs formations, veiller à leur santé, les aider à s'insérer dans la société, en intervenant auprès d'orphelinats, en France ou à l'étranger.
Elle a comme priorité actuelle le développement et la pérennité du village d'enfants de l'association Les Enfants de Dar Bouidar, situé à Tahanaout, près de Marrakech, au Maroc. Son action en France et au Maroc est principalement axée sur le « parrainage » de ces enfants. Le parrainage est un geste de solidarité durable, qui permet à des enfants défavorisés de vivre leur vie d'enfant au sein de leur communauté, grâce à la contribution régulière des parrains. Le parrainage permet d'assurer les besoins essentiels de l'enfant et dans une moindre mesure ceux de sa communauté : nutrition, hébergement, suivi médical et prévention, scolarisation et formation professionnelle. Le tout, en respectant sa culture, sa religion, son environnement et son mode de vie.
Le parrainage est un engagement efficace sur le long terme, car il accompagne l'enfant jusqu'à son autonomie financière et lui permet de devenir un adulte autonome et responsable.
Le Dr Boris Cyrulnik dans Les âmes blessées applique à ces âmes le concept de 'résilience' qui en physique pure est l'aptitude d'un corps à résister à un choc.
Mais pour ces enfants, quelles sont les conditions qui permettraient un nouveau développement pour eux qui ont subi un traumatisme psychique, affectif, personnel, relationnel, culturel ?
Il est difficile de connaître leurs pensées mais on sait que l'on peut y contribuer car la seule possibilité de 'résilience' consiste à trouver le plus vite possible un « substitut affectif ». Le parrainage peut être, en partie, ce substitut.
Dans une expérience antérieure datant de plus de 29 ans, concernant un orphelinat au Cambodge, à l'instar de mon confrère pédiatre Jean Raquet, que j'avais fait adhérer à Médecins du Monde, et sous son impulsion, ce sont les parrains/marraines qui ont créé des liens de parent. On a vu se développer un grand nombre d'orphelins grâce au soutien des parrains/marraines, mais aussi grâce à l'environnement créé par les « mamans », les fêtes et anniversaires, nouvel an local... très importantes aussi étaient les visites des parrains/marraines qui confortaient le sentiment de leurs filleuls ou filleules sur ce qu'ils percevaient à savoir qu'ils se sentaient aimés et aimaient à leur tour.
Les échanges épistolaires sont aussi très appréciés et contribuent à nouer ces liens qui leur permettent de ne plus se sentir seuls. Les liens affectifs ainsi créés sont bénéfique, de même que l'action de tous ces étudiants volontaires qui accompagnent ces enfants et ces adolescents, lors d'un séjour de quelques semaines pour assurer le suivi scolaire, les activités ludiques et artistiques en favorisant le chant, la musique, permettant à ces enfants de revivre.
C'est pour cela que notre engagement pour le développement et la pérennité du village d'enfants de l'association Les Enfants Dar Bouidar est déterminé, entier et total. […] »